Le Premier ministre thaïlandais demande que le cannabis soit reclassé comme stupéfiant et intensifie les efforts pour lutter contre les drogues illégales

National-

Le 8 mai 2024, une conférence a été convoquée par le Premier ministre thaïlandais Srettha Thavisin, engageant les agences compétentes à aborder les questions liées aux stupéfiants et à plaider en faveur de la reclassification du cannabis en tant que stupéfiant de type 5.

Selon les médias nationaux thaïlandais, M. Anutin Charnvirakul, le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur, M. Somsak Thepsuthin, le nouveau ministre de la Santé publique, Pol. Le colonel Thawee Sodsong, ministre de la Justice, et les responsables concernés, ont été informés par Srettha des politiques visant à résoudre les problèmes liés aux stupéfiants en Thaïlande.

Le fléau des stupéfiants constitue une préoccupation nationale urgente exigeant des efforts concertés aux niveaux local et national, a déclaré Srettha. Malgré les mesures proactives prises par les autorités thaïlandaises et les responsables concernés pour lutter contre les substances illicites et le trafic de drogue, la consommation de drogue est restée à un niveau alarmant, attribuée à l'activité continue des barons de la drogue et des trafiquants locaux, a fait remarquer Srettha.

Le deuxième sujet d'intérêt portait sur la définition de critères pour les toxicomanes et les trafiquants trouvés en possession de substances illicites, dans un souci de clarté et de précision. Srettha a demandé au ministère thaïlandais de la Santé publique de réviser la réglementation, suggérant de passer d'une « petite quantité » à la possession d'« une pilule de substances illicites » afin d'établir des normes juridiques claires et d'assurer une application efficace. entre les concessionnaires et les utilisateurs.

Nous avons déjà abordé ici la réglementation controversée des cinq comprimés de méthamphétamine.

Srettha a souligné que même la possession d'une seule pilule de méthamphétamine entraînerait des poursuites, des amendes et des peines de prison, à moins que la personne ne puisse prouvere ils n'étaient pas un dealer et un véritable toxicomane.

Srettha a souligné la nécessité d'efforts diligents de la part de la police d'enquête pour vérifier l'intention et distinguer les toxicomanes des trafiquants de drogue.

En outre, des plans ont été élaborés pour des efforts de collaboration entre le ministère de la Justice et le ministère de la Santé publique afin d'améliorer l'efficacité du traitement de la toxicomanie au sein des systèmes pénitentiaires et de probation, y compris les processus de réinsertion des toxicomanes.

Srettha a également proposé d'utiliser les camps militaires pour la réhabilitation des toxicomanes comme modèle potentiel, bien que les considérations budgétaires et la faisabilité fassent l'objet de discussions en cours. Srettha a appelé à ce que cette guerre de facto contre la drogue ait lieu au cours des 90 prochains jours.

Le dernier sujet important était la proposition de Srettha visant à reclasser le cannabis en stupéfiant de type 5. L'une des principales politiques du gouvernement thaïlandais actuel était de ramener le cannabis comme stupéfiant illégal. et l’autoriser uniquement pour des raisons médicales et de santé autorisées, après sa décriminalisation en 2022.

Le ministère de la Santé publique a été chargé d'étudier la manière de modifier la réglementation légale pour autoriser l'usage du cannabis uniquement à des fins médicales et sanitaires. Les grandes lignes finales et l'ébauche sur la manière de procéder seront achevées d'ici la fin de 2024, a déclaré Srettha.

Somsak Thepsuthin, le nouveau ministre de la Santé publique, conscient du retrait de son prédécesseur qui tentait d'apaiser les deux côtés du débat sur le cannabis, a déclaré qu'il prendrait le temps d'écouter les opinions de chacun et d'inviter toutes les parties à discuter avant de prendre des décisions finales. et un projet de modification de la réglementation relative au cannabis.

Certains médias ont déclaré que la décision de faire du cannabis un stupéfiant semble être définitive, mais le média TPN note qu'en réalité il s'agit de plusieurs mois de débats et de discussions entre groupes pro et anti cannabis, indépendamment des sentiments personnels du Premier ministre qui a toujours soutenu l’interdiction du cannabis récréatif et la réintégration du cannabis comme stupéfiant.

Le Premier ministre a déjà raté deux « promesses » de recriminaliser la marijuana, une en octobre dernier et une à Songkran cette année. Il est donc difficile de savoir dans quelle mesure l'objectif actuel de fin d'année résistera une fois qu'une opposition ferme sera faite pour faire du cannabis un stupéfiant à nouveau. commence.

La proposition visant à faire du cannabis un stupéfiant et à criminaliser l'usage non médical rencontrera certainement une opposition significative de la part des groupes pro-cannabis et des entrepreneurs dans une industrie qui génère désormais des milliards de bahts et compte des milliers de magasins, de fermes et d'employés dans tout le pays.

Médias TPN a écrit ici sur la récente destitution du dernier ministre thaïlandais de la Santé et sur la façon dont cela est susceptible de changer l'orientation du cannabis en Thaïlande.

Nous avons également eu un éditorial invité d'un lecteur et expert en cannabis ICI qui propose une meilleure approche réglementaire plutôt que la recriminalisation.

Inscrivez-vous
Kittisak Phalaharn
Kittisak a une passion pour les sorties, même si cela sera difficile, il voyagera avec un style aventureux. Quant à ses intérêts pour la fantasy, les genres policiers dans les romans et les livres de sciences du sport font partie de son âme. Il travaille pour Pattaya News en tant que dernier écrivain.