Un tribunal thaïlandais décide de faire avancer la proposition du parti visant à modifier la loi de lèse-majesté, une tentative de saper la monarchie constitutionnelle

National -

La Cour constitutionnelle de Thaïlande a jugé que les propositions et les efforts du Parti Move Forward (MFP) visant à modifier la loi sur le crime de lèse-majesté étaient inconstitutionnels et constituaient une tentative de renverser le système de monarchie constitutionnelle du pays.

La décision du tribunal, rendue mercredi 31 janvier, a suscité des inquiétudes quant à l'avenir du parti et à sa possible dissolution.

Le tribunal a émis une ordonnance d'interdiction contre le MFP, mettant ainsi fin à toute activité ultérieure liée à la modification de la loi controversée. Ce verdict ouvre la porte à d'éventuelles poursuites judiciaires visant à la dissolution du parti. En fait, l'ancien sénateur Ruangkrai Leekitwattana a déclaré qu'il déposerait une requête auprès de la Cour de la Charte pour dissoudre le parti Move Forward demain, 1er février, après la décision du tribunal.

Selon certaines informations, des requêtes peuvent être déposées auprès de la Commission électorale (CE), alléguant que les actions du MFP ont violé l'article 49 de la constitution, tel qu'interprété par le tribunal. Si la CE déclare le MFP coupable dans la requête, elle peut demander au tribunal de dissoudre le parti en vertu de l'article 92 de la loi sur les partis politiques. Cet article autorise la dissolution du parti et une interdiction de participation aux élections de 10 ans pour ses dirigeants, y compris Pita Limjaroenrat, l'ancien chef du parti MFP, s'ils sont reconnus coupables de violation de l'article 49.

De plus, si une requête est déposée auprès de la Commission nationale anti-corruption (NACC) et qu'elle détermine que les actions du MFP constituent une grave faute éthique, les 44 députés du MFP, y compris Pita, qui ont soumis les propositions d'amendement de lèse-majesté, pourraient être condamnés à la prison à vie. interdiction de faire de la politique.

Bien qu'il ait insisté avec véhémence sur le fait que les propositions visaient à modifier, et non à abroger, la loi de lèse-majesté, l'arrêt rendu aujourd'hui par la Cour constitutionnelle et la possibilité d'une dissolution jettent une ombre noire sur l'avenir du MFP.

Lors d'une conférence de presse qui a suivi immédiatement, les hauts responsables du MFP au pouvoir ont de nouveau nié leur intention de renverser la monarchie constitutionnelle ou d'abroger la loi de lèse-majesté et ont insisté sur le fait qu'ils voulaient seulement amender la loi. Les dirigeants du MFP ont déclaré qu’ils voulaient uniquement œuvrer pour les citoyens afin de créer une société égalitaire.
-=-=-=-=-=-=-=–=-=-=-=-=-=-=-=

N'oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter et recevez toutes nos actualités dans un e-mail quotidien sans spam Cliquez ici ! OU, entrez votre e-mail ci-dessous!

Viser Tanakorn
Le traducteur des nouvelles locales du Pattaya News. Aim est un jeune de vingt-quatre ans qui vit actuellement à Bangkok. Intéressé par la traduction anglaise, la narration et l’entrepreneuriat, il estime que le travail acharné est un élément indispensable de toute réussite dans ce monde.