La déclaration ministérielle conjointe de l'APEC de 2022

Du ministère thaïlandais des Affaires étrangères. Aucune modification n'a été apportée à cette déclaration.

1. Nous, les ministres de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), nous sommes réunis à Bangkok, Thaïlande, le 17 novembre 2022, sous la présidence de SEM Don Pramudwinai, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères de la Thaïlande, et de SEM Jurin Laksanawisit, Vice-Premier Ministre et Ministre du Commerce de la Thaïlande.

 

2. Nous nous sommes félicités de la participation du Conseil consultatif des entreprises de l'APEC (ABAC), de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), du Conseil de coopération économique du Pacifique (PECC) et du Forum des îles du Pacifique (PIF).

 

3. Nous réitérons notre ferme engagement envers la réalisation de la Vision 2040 de l'APEC Putrajaya, notamment par la mise en œuvre du Plan d'action d'Aotearoa, pour réaliser une communauté Asie-Pacifique ouverte, dynamique, résiliente et pacifique d'ici 2040, pour la prospérité de tous. notre peuple et les générations futures.

 

4. Cette année, sous le thème APEC 2022 « Open. Relier. Équilibre. », nous avons fait avancer nos travaux à travers trois priorités, promouvoir un commerce et des investissements ouverts à toutes les opportunités, reconnecter la région dans toutes ses dimensions et conduire l'APEC vers une croissance équilibrée, inclusive et durable grâce à des approches telles que le Bio- Économie Circulaire-Verte (BCG).

 

5. Lors de notre réunion, nous avons débattu des réalisations de l'APEC en 2022 dans le cadre des priorités de cette année, fourni des orientations sur nos travaux futurs et discuté de la voie à suivre pour l'APEC.

 

PRIORITÉ 1 : OUVERT À TOUTES LES OPPORTUNITÉS

6. Alors que nous sortons de la pandémie de COVID-19, le commerce et l'investissement jouent un rôle essentiel et indispensable dans l'accélération de la reprise économique mondiale et la relance de la croissance, et peuvent contribuer positivement à améliorer les moyens de subsistance, à réduire la pauvreté et à faire progresser le développement économique durable. Nous adopterons des politiques commerciales et économiques plus équilibrées et inclusives, et réaffirmerons notre détermination à mettre en place un environnement commercial et d'investissement libre, ouvert, équitable, non discriminatoire, transparent, inclusif et prévisible. Nous poursuivrons nos efforts pour assurer le fonctionnement, la sécurité et la résilience des chaînes d'approvisionnement. Nous continuerons à travailler pour assurer des conditions de concurrence équitables afin de favoriser un environnement commercial et d'investissement favorable et réaffirmer notre engagement à maintenir les marchés ouverts et à faire face aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement.

 

7. Cette année, nous avons également été témoins de l'impact négatif de la guerre en Ukraine sur l'économie mondiale. Il y a eu une discussion sur la question. Nous avons réitéré nos positions telles qu'exprimées dans d'autres enceintes, y compris le Conseil de sécurité et l'Assemblée générale des Nations unies, qui, dans la résolution n° ES-11/1 du 2 mars 2022, telle qu'adoptée à la majorité (141 voix pour, 5 contre, 35 abstentions, 12 absents) déplore dans les termes les plus vifs l'agression de la Fédération de Russie contre l'Ukraine et exige son retrait complet et inconditionnel du territoire ukrainien. La plupart des membres ont fermement condamné la guerre en Ukraine et ont souligné qu'elle causait d'immenses souffrances humaines et exacerbait les fragilités existantes de l'économie mondiale - en freinant la croissance, en augmentant l'inflation, en perturbant les chaînes d'approvisionnement, en aggravant l'insécurité énergétique et alimentaire et en augmentant les risques pour la stabilité financière. Il y avait d'autres points de vue et différentes évaluations de la situation et des sanctions. Reconnaissant que l'APEC n'est pas le forum pour résoudre les problèmes de sécurité, nous reconnaissons que les problèmes de sécurité peuvent avoir des conséquences importantes pour l'économie mondiale.

 

8. Nous continuerons de faire progresser l'intégration économique dans la région d'une manière qui soit axée sur le marché, notamment par le biais des travaux sur le programme de la Zone de libre-échange de l'Asie-Pacifique (FTAAP) qui contribue à des entreprises régionales globales et de haut niveau. Nous reconnaissons les contributions utiles de la Déclaration de Lima et de la Feuille de route de Beijing pour faire avancer l'agenda de la FTAAP. À cet égard, nous rappelons les délibérations de la réunion des ministres responsables du commerce (MRT) de l'APEC de 2022 et saluons une conversation renouvelée sur le FTAAP dans la pandémie de COVID-19 et au-delà. À cette fin, nous saluons le plan de travail de l'agenda de la FTAAP en réponse aux engagements des dirigeants dans la Putrajaya Vision 2040 et le plan d'action d'Aotearoa pour faire avancer les travaux sur l'agenda de la FTAAP. Nous soulignons l'importance de la collaboration entre les forums et de l'engagement avec d'autres acteurs économiques. Nous chargeons les responsables de rendre compte des progrès réalisés dans l'exécution du plan de travail à la réunion ministérielle de l'APEC (AMM) au cours des années à venir. Nous notons l'appel de l'ABAC à accélérer l'intégration économique régionale en agissant rapidement sur le plan de travail. Nous poursuivrons également nos efforts de renforcement des capacités pour améliorer les compétences des économies en matière de négociation commerciale.

 

9. Nous réaffirmons l'importance du maintien et du renforcement du système commercial multilatéral fondé sur des règles, avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en son centre, et nous nous engageons à le faire respecter. Nous reconnaissons le rôle important du système commercial multilatéral pour soutenir la reprise économique après les défis mondiaux, en particulier en facilitant la circulation et l'accès aux denrées alimentaires ainsi qu'aux biens et services essentiels liés à la pandémie de COVID-19. Nous nous félicitons des résultats fructueux de la douzième Conférence ministérielle de l'OMC (CM12) qui s'est tenue du 12 au 17 juin 2022 à Genève, en Suisse. À cet égard, nous nous engageons à travailler de manière constructive pour mettre pleinement en œuvre les résultats de la CM12. Nous saluons le rôle de l'OMC et l'invitons à poursuivre ses travaux de promotion d'une croissance durable et inclusive. Nous continuerons à œuvrer pour obtenir des résultats positifs lors de la treizième Conférence ministérielle (CM13). Nous continuerons à apporter notre soutien par notre leadership et notre rôle d'incubateur d'idées. Nous notons également avec satisfaction le soutien de l'ABAC au renforcement du système commercial multilatéral.

 

10. Nous nous félicitons de la Déclaration ministérielle sur la réponse de l'OMC à la pandémie de COVID-19 et la préparation aux futures pandémies. Nous nous félicitons également de la décision ministérielle sur l'accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC), dans laquelle, au plus tard six mois après la date de la décision, les membres de l'OMC sont convenus de décider de son extension pour couvrir la production et la fourniture de Diagnostic et thérapeutique COVID-19. Nous saluons le travail de l'OMC sur la durabilité environnementale à l'appui de l'ODD 14.6 et saluons la décision ministérielle sur l'accord sur les subventions à la pêche qui interdit les subventions contribuant à la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN), les subventions concernant les stocks surexploités et les subventions à la pêche. en haute mer non réglementée. À cet égard, nous notons que le Groupe de négociation sur les règles de l'OMC poursuivra les négociations sur la base des questions en suspens en vue de faire des recommandations à la 13e Conférence ministérielle concernant des dispositions supplémentaires qui permettraient de parvenir à un accord global sur les subventions à la pêche, notamment par le biais de nouvelles disciplines sur certaines formes de pêche. subventions qui contribuent à la surcapacité et à la surpêche, reconnaissant qu'un traitement spécial et différencié approprié et efficace pour les Membres en développement et les Membres les moins avancés devrait faire partie intégrante de ces négociations, et appelons les économies de l'APEC ainsi que les autres Membres de l'OMC à faire tout leur possible pour soumettre sans délai leurs instruments d'acceptation de l'accord. Nous nous félicitons de la Déclaration ministérielle sur la réponse d'urgence à l'insécurité alimentaire. Nous nous félicitons également de la décision ministérielle sur les achats de denrées alimentaires du Programme alimentaire mondial (PAM) exemptées des interdictions ou restrictions à l'exportation, dans laquelle les membres de l'OMC sont convenus de ne pas imposer d'interdictions ou de restrictions à l'exportation sur les denrées alimentaires achetées à des fins humanitaires non commerciales par le PAM. Nous saluons également la Déclaration ministérielle sur les réponses aux défis SPS modernes et la Décision ministérielle sur le programme de travail sur le commerce électronique, la Décision ministérielle sur le programme de travail sur les petites économies et la Décision ministérielle sur les plaintes en situation de non-violation de l'Accord sur les ADPIC.

 

11. Nous reconnaissons l'importance des systèmes agricoles et alimentaires mondiaux, étayés par les règles de l'OMC, apportant de la nourriture, des fibres et d'autres produits essentiels aux populations du monde entier. Malgré son importance pour assurer la sécurité alimentaire mondiale et le développement économique durable, l'agriculture reste l'un des secteurs les plus protégés du commerce mondial. Nous reconnaissons la nécessité d'un résultat significatif sur l'agriculture à l'OMC, reflétant nos intérêts et sensibilités collectifs, en vue de parvenir à des réductions progressives substantielles du soutien et de la protection, comme prévu dans la poursuite du processus de réforme agricole prévu à l'article 20 du Accord de l'OMC sur l'agriculture et mandats existants.

 

12. Les participants membres respectifs de l'APEC se félicitent de l'aboutissement des négociations sur la réglementation intérieure des services, ainsi que des progrès substantiels réalisés sur l'ICM sur le commerce électronique et l'ICM sur la facilitation des investissements pour le développement.

 

13. Nous restons déterminés à travailler ensemble au sein de l'OMC pour continuer à soutenir sa réforme nécessaire afin d'améliorer toutes ses fonctions, afin de faire en sorte qu'elle puisse mieux relever les défis commerciaux mondiaux existants et émergents. Nous nous félicitons de la voie de réforme qui a été convenue à la CM12, y compris l'engagement de mener des discussions en vue de disposer d'un système de règlement des différends pleinement fonctionnel et accessible à tous les Membres de l'OMC d'ici 2024.

 

14. Conscients du vaste potentiel que recèle le secteur des services, nous soulignons l'importance de poursuivre les efforts pour mettre en œuvre la feuille de route de l'APEC pour la compétitivité des services (ASCR) d'ici 2025, en réitérant les recommandations du rapport de synthèse de l'examen à mi-parcours (MTR) de l'ASCR. en 2021. Nous réitérons notre engagement à faire de la réglementation nationale des services et de la réforme des politiques en faveur de l'ouverture, de l'équilibre, de la transparence et de l'inclusivité un élément central du programme de réforme structurelle de l'APEC, et à renforcer la synergie entre la feuille de route de l'APEC pour l'Internet et l'économie numérique (AIDER) , la feuille de route de La Serena pour les femmes et la croissance inclusive (2019-2030) et le programme renforcé de l'APEC pour la réforme structurelle (EAASR). Nous chargeons le Groupe sur les services de se coordonner avec le Comité économique et le Groupe directeur sur l'économie numérique pour examiner le rôle de la compétitivité des services dans les programmes respectifs de ces forums jusqu'en 2025 et saluons les initiatives en cours à cet égard. Nous reconnaissons l'impact plus important et le ralentissement de la reprise des services par rapport aux biens de la pandémie de COVID-19. Considérant l'importance d'une politique saine et opportune pour assurer une reprise durable et inclusive après la pandémie et renforcer la résilience face aux futurs chocs économiques, nous reconnaissons la nécessité d'évaluer la reprise pandémique dans la région de l'APEC et saluons la décision sur le suivi de la reprise pandémique dans le cadre de l'ASCR.

 

15. Nous nous engageons à créer un environnement réglementaire sain et prévisible et à faire progresser les bonnes pratiques réglementaires et la coopération réglementaire internationale afin de faciliter davantage le commerce et l'investissement et de promouvoir une plus grande transparence, prévisibilité et interopérabilité dans la région. Nous accueillons les 15th Conférence sur les bonnes pratiques réglementaires, axée sur l'utilisation de la technologie numérique et les bonnes pratiques réglementaires pour soutenir une reprise économique rapide, résiliente, inclusive, durable, verte et innovante. Nous continuerons à mettre activement en œuvre les quatre piliers de l'EAASR et à coopérer sur le troisième plan d'action pour la facilité de faire des affaires (EoDB), qui vise à encourager une croissance inclusive et résiliente, en particulier pour les femmes et les MPME, ainsi qu'à actualiser le plan d'action Prévoyez d'aligner la mesure de nos progrès sur les meilleures pratiques internationales.

 

16. Nous reconnaissons le rôle important de la science, de la technologie et de l'innovation (STI) dans la stimulation de la croissance économique et du développement durables à l'ère numérique. Nous nous efforcerons de promouvoir un environnement propice aux technologies nouvelles et émergentes, notamment par la recherche et le développement, le partage des connaissances et le renforcement des capacités, et notons le rôle important joué par le secteur privé et le milieu universitaire à cet égard. Nous réaffirmons notre engagement à promouvoir les droits de propriété intellectuelle par le biais de politiques et de programmes qui soutiennent et font progresser l'innovation et la créativité dans l'économie numérique afin d'accroître les avantages économiques.

 

PRIORITÉ 2 : SE CONNECTER DANS TOUTES LES DIMENSIONS

17. Après des années de COVID-19, il est primordial de reconnecter la région dans toutes ses dimensions.
Nous restons déterminés à faire progresser le programme de connectivité de l'APEC, notamment en mettant en œuvre le plan de connectivité de l'APEC vers une Asie-Pacifique parfaitement connectée et intégrée en renforçant la connectivité physique, institutionnelle et interpersonnelle. À cet égard, nous réaffirmons l'importance du développement et de l'investissement dans des infrastructures de qualité.

 

18. Nous soutenons les efforts visant à améliorer la connectivité de la chaîne d'approvisionnement et à minimiser les perturbations de la chaîne d'approvisionnement. Nous saluons et approuvons la phase trois du plan d'action du cadre de connectivité de la chaîne d'approvisionnement (SCFAP III). La facilitation des échanges est un outil essentiel pour soutenir la circulation efficace des biens essentiels, y compris les vaccins contre la COVID-19, les diagnostics, les produits thérapeutiques et d'autres produits médicaux essentiels connexes pendant la pandémie de COVID-19. Nous prenons note de la définition de l'APEC des « services liés à la logistique » et encourageons une mise en œuvre rigoureuse de la Déclaration sur la facilitation de la circulation des biens essentiels, de la Déclaration sur les chaînes d'approvisionnement en vaccins contre la COVID-19 et de la Déclaration sur les services d'appui à la circulation des biens essentiels. . Nous restons déterminés à accélérer la mise en œuvre de l'Accord de l'OMC sur la facilitation des échanges, en particulier des dispositions relatives à la mise en circulation rapide et efficace des biens essentiels.

 

19. L'essor rapide de l'économie numérique recèle d'énormes opportunités économiques et ouvre la voie à la réalisation d'une croissance durable, inclusive et innovante. Nous réaffirmons notre appel à accélérer la mise en œuvre de l'AIDER, qui donne la priorité aux actions sur la croissance économique inclusive, y compris la facilitation du commerce électronique et la promotion de la coopération sur le commerce numérique. Nous encourageons les économies à incuber des initiatives de coopération plus pointues et plus complètes sur l'économie numérique.

 

20. Nous soulignons la nécessité de renforcer la connectivité numérique et de faire progresser la transformation numérique pour faciliter davantage les échanges. Nous nous félicitons des progrès réalisés dans la numérisation des processus de dédouanement ainsi que dans l'élaboration et la mise en œuvre de mesures de facilitation du commerce sans papier, notamment les paiements électroniques et l'acceptation des documents électroniques. Nous poursuivrons nos travaux sur la coopération portuaire et frontalière et l'interopérabilité du guichet unique, notamment en explorant l'utilisation de nouvelles technologies et de solutions innovantes, afin d'améliorer et de simplifier le dédouanement portuaire et les procédures douanières.

 

21. Nous continuerons d'explorer de nouveaux domaines de croissance économique potentielle dans le domaine du commerce numérique et du commerce électronique en plus de coopérer pour faciliter le flux de données et renforcer la confiance des entreprises et des consommateurs dans les transactions numériques grâce, entre autres, à la coopération en matière de réglementation. approches affectant l'internet et l'économie numérique ainsi qu'une protection appropriée des consommateurs dans l'environnement numérique. Nous allons approfondir la coopération pour renforcer l'infrastructure numérique et combler le fossé numérique entre et au sein des économies et favoriser un environnement en ligne sûr et sécurisé. Les efforts doivent être intensifiés pour accélérer la transformation numérique, améliorer la culture numérique, renforcer les capacités et promouvoir les compétences numériques afin de renforcer les capacités de la main-d'œuvre à l'ère numérique. Nous prenons note des travaux sur les villes intelligentes.

 

22. Nous poursuivrons nos efforts pour accroître la participation des MPME à l'économie numérique et au commerce électronique. Nous poursuivrons des projets qui formulent des recommandations de manière constructive pour aider les MPME à prospérer sur les marchés du commerce électronique et à atteindre davantage de consommateurs grâce au commerce électronique transfrontalier.

 

23. La reprise sûre et transparente des voyages transfrontaliers continue d'être un problème crucial pour notre région alors que nous sortons de la pandémie de COVID-19, en particulier en ce qui concerne la circulation des hommes d'affaires et de la main-d'œuvre essentielle, y compris les équipages aériens et maritimes. À cet égard, nous saluons le travail du groupe de travail sur les passages sûrs (SPTF) dans la coordination des efforts de l'APEC qui contribuent à la facilitation des voyages transfrontaliers dans la région de l'APEC et saluons la poursuite des travaux sur les passages sûrs pour promouvoir la résilience face aux futures perturbations. À cet égard, nous saluons les Principes volontaires pour l'interopérabilité des certificats de vaccination dans la région de l'APEC. Nous nous félicitons des recommandations de l'étude de l'Unité d'appui aux politiques (PSU) de l'APEC sur « COVID-19 et mobilité transfrontalière dans la région de l'APEC : remédier aux incertitudes à la frontière ».

 

24. Nous nous félicitons des délibérations de la douzième Réunion de haut niveau sur la santé et l'économie et saluons les efforts des économies pour le partage volontaire des spécifications techniques sur l'interopérabilité des certificats de vaccination et le développement d'un portail d'information pour partager des informations sur le passage en toute sécurité, la l'utilisation de technologies de santé innovantes et numériques, en vue d'assurer des déplacements transfrontaliers sûrs et fluides. Nous reconnaissons que la carte de voyage d'affaires de l'APEC (ABTC) contribue de manière significative à faciliter les déplacements des gens d'affaires dans notre région. Nous encourageons les économies à rendre l'ABTC plus inclusif pour les MPME, et saluons l'adoption et l'acceptation par les économies de l'ABTC virtuel qui soutient davantage les voyages transfrontaliers efficaces et fluides.

 

PRIORITÉ 3 : ÉQUILIBRE DANS TOUS LES ASPECTS

25. Au milieu des défis et des perturbations accrus auxquels la région est confrontée, nous réaffirmons les engagements pris par nos dirigeants dans la Putrajaya Vision 2040 de poursuivre une croissance forte, équilibrée, sûre, durable et inclusive en Asie-Pacifique et nous les remplirons de manière audacieuse et réactive. et de manière exhaustive. Nous allons promouvoir des politiques économiques, la coopération et la croissance qui soutiennent les efforts mondiaux pour relever de manière globale tous les défis environnementaux, y compris le changement climatique, les conditions météorologiques extrêmes et les catastrophes naturelles, pour une planète durable.

 

26. Nous continuerons à mettre en œuvre l'EAASR et encouragerons les économies à prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre les actions identifiées dans les plans d'action individuels (PAI). Nous saluons le Rapport de politique économique de l'APEC 2022 (AEPR) sur la réforme structurelle et une reprise verte après les chocs économiques et encourageons les économies à tenir compte de ses recommandations. Nous saluons les efforts variés et continus, ainsi que la contribution de ressources supplémentaires dans l'ensemble de l'APEC pour soutenir les réformes structurelles qui favorisent une croissance verte durable, et saluons le fonds nouvellement créé à cet égard. Nous attendons avec impatience l'AEPR 2023 sur la réforme structurelle et l'environnement propice aux entreprises inclusives, résilientes et durables.

 

27. Nous saluons les délibérations de la 29th Réunion des ministres des Finances, avec un accent particulier sur la promotion de la finance durable et l'utilisation de la numérisation pour la politique budgétaire et la finance inclusive. Nous encourageons une coordination plus étroite entre le Comité économique de l'APEC et le processus des ministres des Finances de l'APEC pour faire avancer les priorités de l'APEC.

 

28. Nous continuerons de soutenir la durabilité environnementale par le biais de la coopération commerciale et économique. Nous nous félicitons de l'approbation du plan de travail de l'APEC sur les biens environnementaux pour renforcer encore notre coopération dans le domaine des biens environnementaux. À cet égard, nous saluons les progrès substantiels des travaux de mise à jour de la liste APEC 2012 des biens environnementaux au Système harmonisé (SH) 2022 à des fins de référence, et réitérons l'importance de l'achèvement des travaux de transposition dès que possible. Nous nous félicitons de l'avancement des discussions sur la manière d'accroître le commerce des services environnementaux et liés à l'environnement ainsi que des discussions sur l'élaboration de recommandations en vue de la production éventuelle d'une liste de référence volontaire et non contraignante de biens environnementaux nouveaux et émergents, et demandons aux responsables de poursuivre ces œuvres. À cet égard, nous nous félicitons des travaux récents qui renforcent la capacité des économies de l'APEC à établir des listes d'engagements concernant les services environnementaux et liés à l'environnement.

 

29. Nous rappelons l'engagement de nos dirigeants à rationaliser et éliminer progressivement les subventions inefficaces aux combustibles fossiles qui encouragent la consommation inutile, tout en reconnaissant l'importance de fournir à ceux qui en ont besoin des services énergétiques essentiels. Pour atteindre cet objectif, nous poursuivrons nos efforts de manière accélérée. Nous appelons les responsables à poursuivre leurs efforts, pour les économies membres qui sont en mesure de le faire, afin de mettre en œuvre un arrêt volontaire des subventions inefficaces aux combustibles fossiles. Nous saluons l'utilisation par les économies à ce jour du modèle de l'APEC pour l'auto-identification volontaire des mesures inefficaces de subventions aux combustibles fossiles, et encourageons les autres à faire de même.

 

30. Nous continuerons à travailler ensemble pour soutenir les transitions énergétiques durables qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre, tout en garantissant la résilience, l'accès et la sécurité énergétiques dans la région, notamment en facilitant les investissements dans les activités pertinentes. Nous nous félicitons de l'attention particulière portée cette année à l'interconnectivité régionale, aux transitions énergétiques ainsi qu'à la croissance durable et inclusive à travers l'économie du BCG et appelons à une collaboration approfondie dans ce domaine.

 

31. Dans cette entreprise, nous veillerons à ce que personne ne soit laissé pour compte. Nous adhérons à la vision de nos dirigeants de favoriser une croissance de qualité qui apporte des avantages tangibles et une meilleure santé et bien-être à tous, y compris les MPME, les femmes et les autres personnes au potentiel économique inexploité.

 

32. Les MPME contribuent de manière significative au PIB de nos économies, constituant un fondement essentiel de l'emploi et de la croissance économique. Nous restons donc déterminés à mondialiser les MPME et à accroître leur accès au financement. Nous saluons les délibérations de la 28th Réunion ministérielle de l'APEC sur les petites et moyennes entreprises. Nous collaborerons pour améliorer les opportunités pour les MPME d'être compétitives, spécialisées, innovantes et d'accroître leur participation aux marchés régionaux et mondiaux ainsi que leur intégration dans les chaînes d'approvisionnement et de valeur mondiales, en nous appuyant sur les réalisations du programme d'action de Boracay pour la mondialisation des MPME. Réaffirmant son importance, nous chargeons les responsables de faire avancer la mise à jour de la stratégie de l'APEC pour les MPME vertes, durables et innovantes.

 

33. Nous saluons les délibérations du Forum sur les femmes et l'économie (WEF) de l'APEC. Nous réaffirmons notre engagement à accélérer la mise en œuvre intégrale de la feuille de route de La Serena pour les femmes et la croissance inclusive (2019-2030) afin de promouvoir l'autonomisation des femmes, y compris les femmes d'horizons divers, et de faire progresser l'égalité des sexes et l'inclusion dans notre région. Nous reconnaissons que l'adoption accrue d'approches telles que l'économie du BCG ainsi que la montée en puissance des plateformes numériques et de l'éducation à la littératie et aux compétences numériques peuvent créer des voies d'emploi supplémentaires pour toutes les femmes. À cette fin, nous soulignons l'importance de l'intégration de la dimension de genre grâce à la participation pleine, égale et significative des femmes à toutes les activités économiques ainsi qu'à la direction à tous les niveaux et à la prise de décision, reconnaissant également la nécessité d'éliminer les obstacles à leur participation économique et saluons la efforts continus pour utiliser une approche d'intégration de la dimension de genre dans les processus pertinents de l'APEC. Nous reconnaissons l'importance de promouvoir et de faciliter la coopération dans les secteurs public et privé pour aider à garantir que les MPME dirigées par des femmes, y compris celles dirigées par des femmes d'horizons divers, puissent accéder aux capitaux et aux actifs sur les marchés locaux et internationaux.

 

34. Tout en reconnaissant que tous les segments de la société peuvent contribuer à la reprise et à la croissance économiques, nous reconnaissons également la nécessité de réduire les obstacles existants et de promouvoir l'inclusion sociale, économique et financière d'autres personnes au potentiel économique inexploité, telles que les peuples autochtones, le cas échéant, les personnes handicapés et ceux des communautés éloignées et rurales. Nous appelons à la poursuite de la mise en œuvre du programme d'action de l'APEC sur la promotion de l'inclusion économique, financière et sociale.

 

35. Nos collaborateurs doivent être prêts pour l'avenir du travail afin de tirer pleinement parti des avancées technologiques. Nous reconnaissons la nécessité d'améliorer la qualité de l'éducation ainsi que la formation professionnelle, de faire progresser l'emploi et le travail décent, d'améliorer les efforts de reconversion et de perfectionnement et d'encourager les opportunités d'apprentissage tout au long de la vie pour créer une main-d'œuvre qualifiée, productive et agile..

 

36. Nous réitérons également l'importance de parvenir à une couverture sanitaire universelle, notamment par le biais d'investissements dans la santé et du financement de la santé, afin de construire un système de santé solide et résilient soutenu par un personnel de santé compétent et qualifié et de faire progresser la sécurité sanitaire, qui à son tour favorise la croissance économique. et la productivité. Reconnaissant le rôle d'une vaste vaccination contre la COVID-19 en tant que bien public mondial, nous soulignons avec force la nécessité de promouvoir un accès équitable à des vaccins, des traitements et des diagnostics COVID-19 sûrs, efficaces, de qualité garantie et abordables.

 

37. Nous nous félicitons du plan de mise en œuvre de la feuille de route pour la sécurité alimentaire à l'horizon 2030, approuvé lors de la septième réunion ministérielle de l'APEC sur la sécurité alimentaire, pour la sécurité alimentaire à long terme, la sécurité sanitaire des aliments et l'amélioration de la nutrition pour tous, ainsi que pour la réduction des pertes alimentaires. et des déchets dans la région en transformant de manière durable et innovante les systèmes alimentaires. Nous nous engageons à rendre les chaînes d'approvisionnement alimentaire plus résistantes aux perturbations. Nous encourageons l'utilisation des STI dans le secteur agroalimentaire et accompagnerons les petits exploitants, notamment ceux des zones rurales, à se préparer à ce changement en les dotant des connaissances et des compétences dont ils ont besoin, y compris les technologies numériques, tout en continuant à promouvoir leur accès aux marchés régionaux et mondiaux.

 

38. Nous reconnaissons l'importance d'une gestion efficace et durable des ressources naturelles et des politiques agricoles dans la création de résultats environnementaux positifs.

 

39. Nous soutenons la gestion et la conservation durables des ressources marines et côtières et la protection de nos océans. Nous reconnaissons le rôle essentiel de la pêche et de l'aquaculture pour assurer la sécurité alimentaire mondiale et, par conséquent, la nécessité d'assurer la durabilité des ressources halieutiques. Nous restons attachés à la mise en œuvre de la feuille de route de l'APEC sur la lutte contre la pêche INN et de la feuille de route de l'APEC sur les débris marins. À cet égard, nous mettrons en œuvre des mesures solides et efficaces basées sur les principes de mise en œuvre du PSMA pour prévenir, décourager et éliminer la pêche INN.

 

40. Nous nous félicitons des délibérations de la onzième réunion des ministres du tourisme qui ont souligné l'importance d'un tourisme régénérateur qui soit durable, inclusif et résilient et connecte l'ensemble de l'écosystème touristique, qui contribue à tous les types de bien-être au niveau local, tout en respectant le caractère unique biodiversité et la richesse de la diversité culturelle et des connaissances locales de chaque lieu. Nous notons les Recommandations politiques pour le tourisme du futur : Tourisme régénérateur et les Lignes directrices actualisées de l'APEC pour les acteurs du tourisme approuvées par la 11th TMM.

 

41. Nous nous félicitons des délibérations de la Cinquième réunion des ministres responsables des forêts. À cet égard, nous poursuivrons notre travail de lutte contre l'exploitation forestière illégale et le commerce associé, en améliorant l'utilisation durable du bois et des produits ligneux, en promouvant la gestion durable des forêts, y compris le commerce légal du bois, qui soutient également les efforts de lutte contre le changement climatique, entre autres.

 

42. Nous continuons de souligner la grave menace posée par la corruption, qui sape la responsabilité du gouvernement et la confiance du public et entrave la croissance économique. Afin de faciliter la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la corruption, par les économies concernées, nous sommes déterminés à poursuivre la mise en œuvre de la Déclaration de Pékin sur la lutte contre la corruption et de l'Engagement de Santiago pour lutter contre la corruption et garantir la transparence, ainsi que les principes de l'APEC sur la prévention de la corruption et Application de la loi anti-corruption. Nous réaffirmons notre engagement à refuser l'asile aux auteurs de corruption et à leurs avoirs illicites, conformément aux lois nationales, et à lutter contre la corruption transfrontalière. Nous nous engageons à apprendre les uns des autres, à prendre des mesures concrètes et à adopter une approche unie, notamment en collaborant avec d'autres organisations internationales, le secteur privé et la société civile, le cas échéant. Nous réaffirmons notre engagement à lutter contre la corruption transfrontalière. Nous continuerons à lutter contre la corruption qui empêche l'autonomisation des femmes et réduit leurs possibilités de développement économique.

 

43. Afin de faire avancer notre programme de développement durable à l'échelle de l'APEC, nous nous félicitons des objectifs de Bangkok sur l'économie du BCG et les soumettons à l'approbation des dirigeants. Les objectifs de Bangkok soutiendront l'économie du BCG en tant qu'approche pour parvenir à une reprise inclusive, équilibrée et durable après le COVID-19, une croissance économique résiliente à long terme et des objectifs environnementaux et climatiques dans la région de l'APEC de manière globale et holistique, créant une synergie dans de multiples domaines politiques et en s'appuyant sur les engagements et les axes de travail existants de l'APEC. Nous saluons également le lancement du prix APEC BCG cette année pour reconnaître les réalisations en matière de développement durable dans la région et attendons avec impatience que l'APEC décerne les premiers lauréats l'année prochaine.

 

44. Nous continuerons d'améliorer l'APEC pour en faire une institution à la fois tournée vers l'avenir et apte à mettre en œuvre la Putrajaya Vision 2040, notamment par le biais du Plan d'action d'Aotearoa. Nous soulignons également l'importance de la collaboration entre les forums, ainsi que de l'engagement et de la sensibilisation des diverses parties prenantes, y compris le milieu des affaires. Nous poursuivrons nos efforts pour améliorer la gouvernance et la structure organisationnelle de l'APEC, en vue de mettre en œuvre de manière efficace et efficiente tous les éléments de la Vision. Nous soutenons fortement les efforts de renforcement des capacités ainsi que la coopération économique et technique au sein de l'APEC au profit de tous les membres.

 

45. Nous reconnaissons également le rôle important de l'Unité d'appui aux politiques (PSU) dans la recherche et l'analyse à l'appui des travaux de l'APEC. Nous souhaitons la bienvenue à Carlos Kuriyama en tant que nouveau directeur du PSU, à compter du 1er janvier 2023, et remercions le Dr Denis Hew pour sa contribution exceptionnelle tout au long de son mandat.

 

46. ​​Nous reconnaissons et apprécions l'engagement actif continu de l'ABAC dans le processus de l'APEC et appelons à approfondir sa participation à l'APEC à tous les niveaux. Nous reconnaissons également les contributions de diverses parties prenantes tout au long de l'année, notamment le PECC, l'ASEAN, le PIF et le Consortium des centres d'études de l'APEC. Nous encourageons un engagement supplémentaire avec un plus large éventail d'acteurs économiques, tels que les ONG et la société civile, et une sensibilisation accrue des jeunes pour refléter l'ampleur de la vision 2040 de l'APEC Putrajaya.

 

47. Nous saluons et notons le rapport du président de la réunion des hauts fonctionnaires de l'APEC de 2022 et le rapport des hauts fonctionnaires sur la coopération économique et technique. Nous approuvons le rapport annuel du Comité du commerce et de l'investissement aux ministres. Nous notons également le rapport du président de l'ABAC. Nous approuvons le budget du compte du secrétariat de l'APEC pour 2023 et le niveau correspondant des contributions des membres pour 2023. Nous remercions également les membres pour leurs contributions correspondantes, y compris aux sous-fonds généraux et spécialisés.

 

48. Nous remercions la Thaïlande d'avoir accueilli l'APEC en 2022 et saluons les préparatifs de l'APEC 2023, qui sera accueillie par les États-Unis d'Amérique. Nous réitérons notre bienvenue au Pérou et à la République de Corée en tant qu'hôtes de l'APEC 2024 et 2025, respectivement. Nous sommes impatients de poursuivre notre travail important dans la construction de l'Asie-Pacifique que nous aspirons à devenir.

M. Adam Judd est copropriétaire de TPN media depuis décembre 2017. Il est originaire de Washington DC, en Amérique, mais a également vécu à Dallas, Sarasota et Portsmouth. Il a une formation dans la vente au détail, les ressources humaines et la gestion des opérations, et écrit sur l'actualité et la Thaïlande depuis de nombreuses années. Il vit à Pattaya depuis plus de huit ans en tant que résident à temps plein, est bien connu localement et visite le pays en tant que visiteur régulier depuis plus d'une décennie. Ses coordonnées complètes, y compris les coordonnées du bureau, se trouvent sur notre page Contactez-nous ci-dessous. Pour les histoires, veuillez envoyer un e-mail à Pattayanewseditor@gmail.com À propos de nous : https://thepattayanews.com/about-us/