Le ministère thaïlandais de la santé publique revient sur sa proposition de supprimer les masques faciaux obligatoires, dit qu'il s'agissait d'un malentendu

PHOTO : Thairath

Bangkok -

Le secrétaire permanent du ministère de la Santé publique a nié que le ministère avait proposé d'annuler le port obligatoire de masques faciaux dans les parcs et les concerts, comme l'ont rapporté les médias thaïlandais hier 16 mars, qualifiant cela de "malentendu".

Le secrétaire permanent, le Dr Kiattipoom Wongrachit, a précisé aujourd'hui, 17 mars, à la suite de l'information indiquant que le ministère de la Santé publique proposerait vendredi un plan pour supprimer le port de masques faciaux au Centre d'administration de la situation Covid-19 (CCSA) qu'il s'agissait d'un malentendu. Il a dit qu'il n'avait pas dit une telle proposition lors d'une conférence de presse hier.

Selon sa déclaration, il a seulement déclaré que le ministère n'introduirait le délai de quatre mois pour faire passer la pandémie de Covid-19 à une maladie endémique et des plans pour prévenir et contrôler la maladie parmi les groupes à risque, en particulier les groupes « 608 » (les personnes âgées, les patients souffrant de graves problèmes de santé et les femmes enceintes).

Concernant la question du retrait des masques faciaux, le Dr Kiattipoom a poursuivi que si le plan endémique était approuvé et correctement mis en œuvre, d'autres mesures pourraient être assouplies à l'avenir, ce qui pourrait éventuellement inclure les masques faciaux obligatoires dans certaines zones telles que les espaces publics comme les parcs et à l'extérieur. . Mais ce n'était pas quelque chose qui pouvait être publié immédiatement et ne serait pas discuté lors de la grande réunion du CCSA cette semaine.

« Si tout se passait selon les plans et les mesures, nous pourrions éventuellement mettre fin à la grande pandémie et mettre fin à toutes les restrictions et mandats. Cependant, il doit être soumis à la condition qu'il n'y ait pas de variantes plus sévères. Nous n'avons jamais eu l'intention de tout lever en même temps comme certains pays et nous prendrons les choses lentement et avec prudence », a ajouté le secrétaire permanent.

TPN note qu'il n'y a pas de «loi» sur le port de masques, car cela exige le Parlement. Cependant, les mandats, qui sont en vigueur dans toutes les provinces et à Bangkok en Thaïlande, relèvent des mesures sanitaires d'urgence et des mandats en vigueur des gouverneurs de province sous la direction du ministère de l'Intérieur et peuvent, contrairement à certaines idées reçues, entraîner des amendes en vertu de Règles Covid-19. Techniquement, les masques sont obligatoires dans tous les espaces publics, même s'ils sont complètement seuls à l'extérieur, y compris en conduisant une moto. En ce qui concerne une voiture, s'il y a plus de deux personnes dans un véhicule, des masques faciaux doivent être portés en vertu des mandats actuels.

Les mandats ont été largement acceptés par la plupart des Thaïlandais sans se plaindre, note le média TPN, mais ont vu augmenter les plaintes, la colère et les critiques des étrangers, en particulier des touristes en termes de mandats de plein air, dont les pays ont complètement levé les mandats de masque et ne peuvent pas être utilisés pour la chaleur. Dans les zones très touristiques, comme Pattaya, Phuket ou Samui, la conformité au port du masque a, sur la base de l'observance locale et des commentaires des médias sociaux, considérablement diminué, bien qu'elle reste forte dans d'autres parties du pays.

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=–=–=–=–==-

Besoin d'une assurance Covid-19 pour votre prochain voyage en Thaïlande ? Cliquez ici.

Suivez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur LINE pour les alertes de rupture !

Non Meechukhun
National News Writer au Pattaya News de septembre 2020 à octobre 2022. Née et élevée à Bangkok, Nop aime raconter des histoires sur sa ville natale à travers ses mots et ses images. Son expérience éducative aux États-Unis et sa passion pour le journalisme ont façonné ses véritables intérêts pour la société, la politique, l'éducation, la culture et l'art.