Le ministre thaïlandais de la santé publique va proposer un nouveau report de l'autorisation légale de réouverture des lieux de divertissement en raison des inquiétudes suscitées par Omicron pendant le Nouvel An.

Bangkok -

Le ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul, prévoit de proposer aux agences concernées, comme le Centre d'administration des situations de crise (CCSA), un nouveau report de l'autorisation officielle de réouverture des lieux de divertissement, initialement prévue pour le 16 janvier, après que des cas récents ont été signalés dans des lieux qui n'ont pas respecté les mesures sanitaires préventives.

Les lieux de divertissement (comme les bars, les gogos, les boîtes de nuit, etc.) sont légalement et officiellement fermés depuis environ début avril 2021 en raison des mesures Covid-19. Leur ouverture était initialement prévue pour début décembre, mais elle a été reportée au 16 janvier pour une évaluation par le CCSA. Aujourd'hui, cette date est à nouveau menacée, du moins selon Anutin.

Le ministre a déclaré au cours de l'interview concernant la situation du Covid-19 après le nouvel an que de nombreux cas d'amas ont été découverts dans des lieux de divertissement "modifiés" parce que les exploitants et les clients n'ont pas respecté les mesures sanitaires du gouvernement. Le média TPN note que de nombreux lieux de divertissement se sont essentiellement transformés en "restaurants" pour pouvoir ouvrir dans certaines régions comme Pattaya, Bangkok et Phuket, mais beaucoup d'entre eux n'ont changé que de nom, certains ne proposant même pas la moindre nourriture.

Il a également indiqué que les lieux de divertissement, les pubs, les bars et les salons de karaoké n'étaient pas complètement ouverts mais avaient seulement été autorisés à être modifiés comme des restaurants. Mais, en fait, la plupart d'entre eux fonctionnaient normalement et ne faisaient pas ce que le gouvernement leur demandait de faire, à savoir être un véritable restaurant dans l'intervalle.

Les fonctionnaires provinciaux doivent observer et enquêter sur ces lieux. S'il s'avère qu'ils n'ont pas agi conformément aux directives du gouvernement, des mesures juridiques doivent être prises, a déclaré M. Anutin.

Interrogé par la presse thaïlandaise sur la probabilité d'une réouverture le 16 janvier, le ministre s'est contenté de déclarer que le gouvernement devait y réfléchir plus sérieusement et plus en profondeur.

"Le département de contrôle des maladies doit reconsidérer s'il serait possible de procéder à une réouverture complète le 16 janvier, comme prévu initialement, parce qu'il n'y avait pas du tout de paramètres sans Covid-19. La décision ne serait pas prise à partir d'un ou deux cas seulement, mais à partir de la situation actuelle du Covid-19 dans son ensemble", a-t-il ajouté.

Anutin a conclu en disant que s'il n'en tenait qu'à lui, les lieux ne rouvriraient pas le 16 janvier, mais que la proposition sera discutée par la CCSA et d'autres organismes concernés. Cela dit, bien qu'il ne s'agisse que d'une proposition, TPN media note que le CCSA s'est montré officiellement très prudent lorsqu'il s'agit de lieux de divertissement, les ayant à nouveau maintenus fermés pendant presque toute l'année 2021 en toute légalité. Les propriétaires de lieux ne peuvent qu'espérer que 2022 ne sera pas une répétition, car beaucoup d'entre eux affirment qu'ils ont reçu peu ou pas d'aide financière ou de soutien pour les fermetures obligatoires.

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=–=–=–=–==-

Besoin d'une assurance Covid-19 pour votre prochain voyage en Thaïlande ? Cliquez ici.

Suivez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur LINE pour les alertes de dernière minute !