Un groupe pro-institutionnel demande au gouvernement thaïlandais d'expulser Amnesty International Thaïlande, suite à son intervention politique présumée.

Bangkok -

Un groupe de militants pro-institutionnels est arrivé au siège du gouvernement en début de semaine, le 25 novembre, pour demander l'expulsion d'Amnesty International Thaïlande du pays.

Les représentants ont soumis une lettre au Premier ministre Prayut Chan-O'Cha, demandant au gouvernement d'enquêter sur l'organisation non gouvernementale car ses travaux sont susceptibles de porter atteinte à la sécurité nationale et à l'institution royale, selon leur déclaration.

Cette initiative fait suite à la récente campagne d'Amnesty International demandant au public d'écrire un million de lettres dans le monde entier afin d'exhorter le gouvernement thaïlandais à cesser de réprimer la militante Panusaya "Rung" Sithijirawattanakul, actuellement en détention, qui affirme ne chercher qu'à réformer la plus haute institution du pays et à en discuter, à la suite d'un récent arrêt de la Cour constitutionnelle rendu le 10 septembre. Le gouvernement thaïlandais actuel affirme que Panusaya et d'autres manifestants veulent abolir l'institution et considère leurs actions comme une sédition potentielle.

PHOTO : Thairath

Le groupe de militants pro-gouvernementaux, quant à lui, pense qu'Amnesty International pourrait être impliquée dans le soutien d'individus ou de militants pro-démocratie qui, selon eux, commettent des actes de diffamation. C'est pourquoi ils ont demandé instamment au gouvernement thaïlandais d'examiner ses sources de financement, accusant l'organisation d'être financée par des pays occidentaux désireux de changer le gouvernement thaïlandais et d'avoir l'intention de sonder l'ONG dans le but de l'expulser du royaume.

La lettre a été remise à Seksakol Atthawong, vice-ministre du bureau du Premier ministre. Il a également déclaré lors d'un discours public qu'il soutiendrait le mouvement et proposerait deux approches : le recours à la loi thaïlandaise et la pression des loyalistes pour faire fuir l'organisation.

Il a également déclaré qu'il démissionnerait de son poste s'il ne parvenait pas à expulser l'organisation.

PHOTO : Thairath

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=–=–=–=–==-

Besoin d'une assurance Covid-19 pour votre prochain voyage en Thaïlande ? Cliquez ici.

Suivez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur LINE pour les alertes de dernière minute !