Le maire de Pattaya déclare qu'il fait pression pour autoriser la vente d'alcool dans les restaurants et pour que les lieux de divertissement et les bars rouvrent leurs portes avant le réveillon du Nouvel An.

Pattaya -

Le maire de la ville de Pattaya, Sontaya Kunplome, a déclaré hier, le 24 novembre 2021, qu'il faisait pression pour autoriser la vente d'alcool dans les restaurants et pour que les bars et les lieux de divertissement puissent rouvrir légalement avant le Nouvel An, après que de nombreux groupes d'opérateurs commerciaux et d'associations de nombreux secteurs aient déposé des lettres, des pétitions et des protestations au cours de la semaine dernière.

Tout d'abord, à titre de référence, certains de nos reportages antérieurs :

Les opérateurs de Pattaya Walking Street prévoient d'adresser une lettre officielle au maire de la ville de Pattaya, au gouverneur, au département de la santé, au centre Covid et à d'autres organismes concernés pour demander la réouverture d'une manière ou d'une autre avant le festival du Nouvel An.

Les commerçants de Pattaya Walking Street se réunissent et demandent officiellement un plan d'ouverture avant la veille du Nouvel An.

Maintenant, notre article principal :

Le maire de la ville de Pattaya, Sontaya Kunplome, a déclaré à The Pattaya News : "Pattaya est l'une des 17 principales zones touristiques de Thaïlande actuellement désignées. Cependant, seules quatre provinces de Thaïlande sont actuellement autorisées à vendre de l'alcool dans les restaurants, à savoir Bangkok, Samui, Phang Nga et Phuket. Cela a provoqué beaucoup de colère et de problèmes dans d'autres régions, notamment ici à Pattaya, qui dépend largement de la vie nocturne et de l'industrie du divertissement."

TPN media note que cette "exception" a également été étendue à quelques autres îles et zones et que, bien qu'en termes techniques, elle n'ait autorisé que l'ouverture de "restaurants", elle a en fait également ouvert les portes à certains endroits, comme Khaosan Road à Bangkok et Bangla Road à Phuket, pour vendre de l'alcool dans des bars qui ont reçu des licences "temporaires" de restaurant, sans nourriture ni cuisine, selon les personnes sur le terrain. Les propriétaires de commerces de Pattaya, en tant que ville dépendante du tourisme et le troisième endroit le plus vacciné et le plus visité de Thaïlande, cherchent depuis des semaines à obtenir une "exception" similaire à l'interdiction nationale d'ouvrir des bars et des lieux de divertissement. En 2019, Pattaya était la 19e ville la plus visitée au monde avec un peu moins de 10 millions de visiteurs, de nombreux analystes l'attribuant en grande partie au secteur du divertissement et de la vie nocturne qui est actuellement fermé.

Les bars, la vie nocturne, les lieux de divertissement et, en fait, l'ensemble de l'économie nocturne en Thaïlande sont fermés à l'échelle nationale depuis avril de cette année, soit près de huit mois.Il reste pratiquement le seul secteur commercial à être fermé par le gouvernement thaïlandais, avec, selon les propriétaires, peu ou pas d'aide financière ou de soutien. Dans la majeure partie du pays, comme indiqué précédemment, les restaurants ne peuvent même pas vendre légalement de l'alcool, car les autorités craignent que les clients utilisent les restaurants comme des bars. Les autorités thaïlandaises continuent d'attribuer aux rassemblements autour d'un verre d'alcool le rôle principal dans la propagation du Covid-19.

Plus de 80 % des habitants de Pattaya et des environs ont été vaccinés. Actuellement, Pattaya n'autorise la vente d'alcool que dans les supermarchés et les épiceries locales, mais pas dans les hôtels, les bars, les clubs et les restaurants. De nombreuses personnes pensent que cela n'est pas juste car les gens achètent dans les magasins et boivent dans des lieux publics comme les rues, les plages et les aires de restauration tous les soirs. Pattaya organise actuellement des festivals tous les week-ends pour attirer les touristes dans la ville et les opérateurs commerciaux continuent de s'en plaindre, affirmant qu'ils amènent des milliers de touristes dans la ville qui achètent dans les magasins de proximité et boivent dans les lieux publics mais ne peuvent pas légalement se rendre dans un restaurant ou un bar pour boire. Nous avons planifié ces festivals des mois à l'avance et nous ne nous attendions pas à ce que l'interdiction de l'alcool, fixée par le gouvernement central et le Centre d'administration des situations de crise (CCSA), soit toujours en vigueur à ce moment-là. Nous comprenons ce que ressentent les propriétaires d'entreprises et pourquoi ils sont si frustrés, ce qui a donné lieu à de nombreuses pétitions, protestations et demandes d'ouverture au cours des dernières semaines." explique le maire Sonthaya Khunplume.

"Nous avons essayé de demander une exception à de multiples reprises au gouverneur de Chonburi, au département de la santé de Chonburi, au CCSA et au gouvernement. La décision de rouvrir la vie nocturne, les bars et l'industrie du divertissement de Pattaya ne m'appartient pas à moi seul, mais à de multiples agences et départements. Il est probable que les lieux de divertissement seront autorisés à ouvrir plus tôt, vers le début du mois de décembre, en fonction du retour d'information dont nous disposons actuellement. La CCSA doit se réunir cette semaine, le vendredi 26 novembre. Elle est bien consciente de la situation à Pattaya et a déclaré que ce sera un point de discussion majeur. Cependant, aucune promesse ou garantie ne peut être faite." Le maire a conclu. 

Par ailleurs, les exploitants de lieux de divertissement de Soi Buakhao ont également déposé une lettre officielle plaidant pour la réouverture en début de semaine.

Mardi, (23 novembre)rd), Mme Romchale Kranes, représentante du groupe "Save us" (Bar Owners Pattaya), qui regroupe 46 bars dans le quartier de Soi Buakhao, a adressé une lettre à la ville de Pattaya. Ils demandent la réouverture de leurs bars d'ici décembre prochain, après avoir été fermés pendant près de huit mois d'affilée, et cinq mois au total depuis le début de la pandémie de Covid-19. Ce n'est que le dernier groupe à demander la réouverture, car neuf associations distinctes et au moins quatre groupes de bars ont soumis des pétitions et des lettres similaires au cours des deux dernières semaines, note TPN media.

Les dirigeants de la ville ont répété à plusieurs reprises aux propriétaires de bars et de lieux de vie nocturne qu'ils travaillaient sur le problème et qu'ils étaient bien conscients de la situation difficile dans laquelle se trouvent les propriétaires de bars, ainsi que des effets résiduels que le maintien de la fermeture totale du secteur populaire de la vie nocturne à Pattaya a sur le tourisme dans la ville en général. TPN media ajoute qu'un grand nombre des associations qui demandent actuellement la levée de l'interdiction de l'alcool à Pattaya ne sont pas directement impliquées dans l'industrie des bars, comme le commerce de détail, le tourisme en général et les hôtels, mais elles craignent qu'en maintenant fermés la célèbre vie nocturne et les bars de Pattaya, tous les autres secteurs en pâtissent, car les touristes choisiront d'autres destinations.

Les médias du TPN suivront de près la réunion du CCSA plus tard dans la semaine et fourniront des mises à jour à nos lecteurs.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=–=–=–=–==-

N'oubliez pas de vous abonner à notre bulletin d'information et de recevoir toutes nos nouvelles en un seul courriel quotidien sans spam Cliquez ici ! OU, entrez votre e-mail ci-dessous !

[bulletin d'information]