Un officier de police de Sanesuk fait l'objet d'une enquête après avoir prétendument attaqué une personne transgenre à Chonburi.

Chonburi -

Un agent de police de Sanesuk qui aurait agressé une personne transgenre dans le district de Mueang Chonburi cette semaine fait l'objet d'une enquête en vue d'une éventuelle action en justice.

Payuwat "Mos" Dehomsin, 18 ans, une personne transgenre, et sa mère, Mme Warisara Saeei, 52 ans, ont déposé hier un rapport au poste de police de Saensuk, accompagné de la preuve des images de vidéosurveillance et d'un certificat médical concernant l'attaque présumée (10 novembre).th).

Mos a déclaré à la police de Chonburi, "Le mardi 9 Novembreth à 19 heures, j'ai été attaqué par un policier devant une épicerie sur Bypass Road dans le sous-district de Mueang Chonburi. L'attaque s'est produite parce que l'officier de police n'aime pas que je sois ami avec sa petite amie. Il m'a crié qu'il n'aimait pas les "ladyboys" avant de m'attaquer physiquement (un terme argotique courant pour désigner les personnes transgenres en Thaïlande). J'ai été blessé au visage et au bras lors de l'attaque".

PHOTO : Wisarn Sangjaroen / Top News

La police provinciale de Chonburi aurait confirmé que l'homme apparaissant dans le clip vidéo qui a été largement diffusé sur les médias sociaux est le sergent-major Sasiphong Detnuwatchai de la police de Sanesuk. TPN media ne fournit pas le clip vidéo dans le cadre de cet article car il pourrait perturber les téléspectateurs sensibles.

Mos, comme indiqué, est un ami de la petite amie du policier, dont le nom n'a pas été communiqué à la presse. Sasiphong aurait été contrarié et déçu que sa petite amie traîne avec Mos presque tous les jours, ce qui l'a conduit à attaquer physiquement Mos, selon la déclaration de ce dernier.

Le général Attasit Kitjaharn, commandant de la police provinciale de Chonburi, a ordonné l'ouverture d'une enquête en vue d'une action en justice contre le sergent-major Sasiphong, en toute transparence. Il a également ordonné de protéger la victime et les témoins de toute répercussion éventuelle pour avoir signalé le crime et partagé les images de vidéosurveillance.

Au moment de mettre sous presse, Sasiphong n'a pas publié de déclaration publique concernant l'incident.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=–=–=–=–==-

N'oubliez pas de vous abonner à notre bulletin d'information et de recevoir toutes nos nouvelles en un seul courriel quotidien sans spam Cliquez ici ! OU, entrez votre e-mail ci-dessous !

[bulletin d'information]