La police d'Udon Thani perquisitionne le domicile d'un ressortissant suisse qui a tué un intrus armé chez lui après que l'épouse de l'homme tué a affirmé que près de 300 000 bahts avaient disparu.

PHOTO : Sanook

Udon Thani, Thaïlande.

  La police d'Udon Thani a effectué aujourd'hui une descente et une perquisition au domicile d'un ressortissant suisse qui a admis avoir tué ce qu'il a appelé un intrus armé à son domicile le 3 octobre.

La descente de police a eu lieu après que la femme de l'homme tué a affirmé que l'histoire était plus complexe que ce que le ressortissant suisse avait déclaré et que près de 300 000 bahts que son mari avait sur lui, provenant d'une récente vente de terrain, avaient disparu après l'incident.

Tout d'abord, retrouvez nos articles précédents sur l'incident et les déclarations des deux parties concernées ci-dessous :

Un ressortissant suisse arrêté à Udon Thani pour avoir battu à mort un intrus armé.

Les membres de la famille du Thaïlandais tué par un ressortissant suisse à Udon Thani affirment que le motif était la liaison et non l'argent.

Le raid d'aujourd'hui était dirigé par le Pol. Noppadon Wisetsri, directeur adjoint du poste de police de Nakha, à Udon Thani. La descente a reçu le feu vert du tribunal provincial d'Udon Thani, qui a délivré un mandat de perquisition portant le numéro d'ordre 142/2564.

La police a fait une descente au domicile de Rudolf Joseph Rothy, 63 ans, de nationalité suisse, vers 14 heures, à Ban Khamin, qui fait partie du sous-district de Kudsa, à Mueang Udon Thani. M. Rudolf et sa femme n'étant pas chez eux lors de la descente, la police a demandé au chef du village, M. Buasen Sriyangkabutr, et à un éminent moine local, Phra Lek Sareerup, 65 ans, de les accompagner pour des raisons de transparence. Selon la police d'Udon Thani, la perquisition a été motivée par les déclarations de la mère de la victime, Khan Chantarakhantri, selon lesquelles son fils aurait perdu près de 300 000 bahts provenant d'une récente vente de terrain lors de la confrontation avec Rudolf.

La police n'aurait trouvé aucune preuve de ces affirmations lors de la descente, mais a déclaré que l'affaire était toujours en cours d'investigation. Ils ont également déclaré qu'ils allaient enquêter sur l'incident et sur les déclarations et affirmations des deux parties afin de faire toute la lumière sur ce qui s'est réellement passé.

Selon la déclaration préalable de M. Rudolf à la police d'Udon Thani, l'intrus, Sathien Chantarakhantri, 53 ans, avait escaladé un mur de son domicile vers minuit le 3 octobre et l'avait menacé avec une arme à feu pour obtenir de l'argent. Il a déclaré avoir refusé et désarmé l'intrus, l'avoir frappé et ligoté, puis avoir immédiatement appelé la police. Il affirme qu'il voulait seulement empêcher l'homme de lui faire du mal, à lui et à sa famille, et non le tuer.

Cependant, les déclarations de la famille de Sathien, comme on peut le voir dans les articles de référence ci-dessus, affirment que l'homme tué n'avait aucun problème d'argent et qu'il venait de vendre un terrain pour près de 300 000 bahts et qu'il avait l'argent sur lui au moment de l'incident avec M. Rudolf. Selon Khan Chantarakhantri, la mère de Sathien, Sathien avait une liaison pas si secrète avec la femme de Rudolf, et la confrontation entre les deux hommes concernait ce problème et non une tentative de vol.

Rudolph a été initialement accusé d'avoir agressé d'autres personnes à mort tandis que le défunt a également été accusé d'intrusion de nuit, de port d'arme à feu en public et de tentative de meurtre.

M. Buasen Sriyangkabutr, le chef du village, s'est entretenu avec la presse thaïlandaise associée aujourd'hui sur les lieux du raid et a déclaré qu'il était la première personne appelée sur les lieux de l'incident et a affirmé que l'histoire de M. Rudolf qui lui a été donnée correspondait à celle qui a été donnée plus tard à la police. Il a également déclaré que l'épouse de M. Rudolf lui a affirmé qu'elle n'avait jamais rencontré l'intrus tué auparavant, qu'elle ne le connaissait pas et qu'elle n'avait jamais eu de relation avec lui.

La police continue d'enquêter sur l'incident. Associated Thai Press a tenté de s'entretenir avec M. Rudolf et son épouse au sujet des allégations de la famille de Sathien le mardi 5 octobre, mais M. Rudolf s'est refusé à tout commentaire, renvoyant l'affaire à son équipe juridique et au système judiciaire.

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!