La Royal Thai Gazette classe officiellement les tampons comme des cosmétiques, soumis au contrôle de qualité du gouvernement

Thaïlande-

La Gazette royale thaïlandaise, chargée d'annoncer les lois et règlements en Thaïlande, a annoncé cet après-midi, le 22 juillet 2021, que les tampons sont désormais officiellement classés parmi les cosmétiques dans le Royaume de Thaïlande.

Ce changement signifie que les tampons peuvent désormais être soumis aux mesures et règles thaïlandaises de contrôle de la qualité, en fonction des agences compétentes.

La manière dont la Thaïlande utilisera cette reclassification n'est pas claire dans l'immédiat, bien qu'elle puisse servir à contrôler la vente de tampons ou à garantir que les marques respectent certaines normes de qualité. Les tampons, bien que vendus en Thaïlande, ne sont pas aussi largement utilisés qu'en Occident en raison des différences culturelles et des opinions de certains secteurs de la société.

Les tampons ont déjà fait l'objet de discussions en Thaïlande pour des raisons fiscales et des débats sur le coût de l'impôt en Thaïlande, ainsi que parce qu'ils auraient été classés comme articles de luxe auparavant. Il n'est pas apparu immédiatement que la reclassification des tampons dans la catégorie des cosmétiques pouvait avoir une incidence sur les prix, à la hausse ou à la baisse. Toutefois, les cosmétiques sont normalement soumis à une taxe de 30 %.

Mise à jour : Le gouvernement a précisé plus tard dans la soirée que les tampons ne seront PAS soumis à une taxe supplémentaire, suite aux inquiétudes exprimées sur les médias sociaux, mais uniquement à la taxe de vente et à la TVA.

Le texte du nouvel arrêté décrit la classification des tampons comme des cosmétiques comme nécessaire pour protéger la santé et la sécurité des consommateurs, sans décrire exactement comment la reclassification le ferait.

Pour référence, l'ordre en thaï est ci-dessous :