La Thaïlande défend sa décision de détenir un joueur de football et accuse l'Australie

BANGKOK (Reuters) – La Thaïlande a défendu mercredi 6 février son arrestation d'un footballeur bahreïni bénéficiant du statut de réfugié en Australie, affirmant que les autorités ne l'avaient détenu que parce que les autorités australiennes avaient envoyé une "notice rouge" à Interpol après son embarquement dans un avion pour Bangkok.

Le cas de Hakeem Al Araibi a suscité des critiques internationales alors qu'un tribunal thaïlandais examine une demande d'extradition de Bahreïn pour qu'il purge une peine de 10 ans liée aux soulèvements du printemps arabe de 2011. Il nie les accusations.

Il a été arrêté à l'aéroport international de Bangkok en novembre alors qu'il s'envolait d'Australie pour la Thaïlande avec sa femme pour une lune de miel.

Araibi, 25 ans, dit qu'il risque la torture s'il est renvoyé à Bahreïn. Il dit qu'il ne veut que retourner en Australie, où il vit depuis 2014 et joue pour un club de football de Melbourne.
Le Premier ministre australien Scott Morrison a de nouveau appelé mardi pour qu'Araibi soit libéré et renvoyé en Australie, se disant "dérangé" de voir des photos d'Araibi enchaîné alors qu'il arrivait pour une audience au tribunal plus tôt cette semaine.

Un footballeur emprisonné quitte le tribunal pénal de Thaïlande le 4 février

Le ministère thaïlandais des Affaires étrangères a mis à jour mercredi une déclaration sur l'affaire, qu'il a décrite comme "impliquant deux pays en concurrence pour la garde de M. Hakeem".

 

Il a déclaré que la Thaïlande n'était impliquée que "par hasard" après qu'un bureau de police qui gère les affaires d'Interpol en Australie a informé les autorités thaïlandaises qu'Araibi avait embarqué sur un vol pour Bangkok et faisait l'objet d'une "notice rouge" initiée par Bahreïn.

"Il a fallu plusieurs jours après l'arrivée de M. Hakeem pour que les autorités australiennes nous informent que la notice rouge avait été annulée", indique le communiqué.

« À ce moment-là, les poursuites judiciaires en Thaïlande concernant M. Hakeem avaient déjà commencé et ne pouvaient pas être annulées », a-t-il déclaré.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, a appelé les autorités thaïlandaises à faire usage de leur pouvoir discrétionnaire dans le cas d'Araibi.

«Étant donné… qu'il est un résident permanent de notre pays, sur la voie de la citoyenneté, nous avons encouragé le gouvernement bahreïni à ne pas donner suite à la demande d'extradition, et nous avons encouragé le gouvernement thaïlandais à exercer le pouvoir discrétionnaire dont il dispose. », a-t-elle déclaré à l'Australian Broadcasting Corporation depuis Samoa.
Le bureau australien des affaires intérieures a confirmé en décembre que la police fédérale avait informé les autorités thaïlandaises qu'une personne avec une notice rouge était en route pour la Thaïlande, mais n'a pas précisé si le bureau savait qu'Araibi avait le statut de réfugié.

Le procureur général de la Thaïlande doit tenir un point de presse sur l'affaire plus tard mercredi.

Araibi a été reconnu coupable d'avoir vandalisé un poste de police lors des manifestations antigouvernementales de 2011 à Bahreïn et a été condamné à 10 ans de prison par contumace après sa fuite.
Il nie les accusations, affirmant qu'il jouait dans un match de football télévisé au moment de l'attaque du poste de police.

Human Rights Watch, basé à New York, a déclaré qu'Araibi avait été torturé par les autorités bahreïnites en raison des activités politiques de son frère lors du soulèvement du printemps arabe en 2011.
Les autorités bahreïnites nient les allégations de torture.

En savoir plus sur https://www.channelnewsasia.com/news/asia/thailand-blames-australia-for-arrest-of-refugee-bahraini-footballer-11206492

SOURCEChannel News Asie
M. Adam Judd est copropriétaire de TPN media depuis décembre 2017. Il est originaire de Washington DC, en Amérique, mais a également vécu à Dallas, Sarasota et Portsmouth. Il a une formation dans la vente au détail, les ressources humaines et la gestion des opérations, et écrit sur l'actualité et la Thaïlande depuis de nombreuses années. Il vit à Pattaya depuis plus de huit ans en tant que résident à temps plein, est bien connu localement et visite le pays en tant que visiteur régulier depuis plus d'une décennie. Ses coordonnées complètes, y compris les coordonnées du bureau, se trouvent sur notre page Contactez-nous ci-dessous. Pour les histoires, veuillez envoyer un e-mail à Pattayanewseditor@gmail.com À propos de nous : https://thepattayanews.com/about-us/