Le ministre thaïlandais des Affaires étrangères déclare qu'il n'y a pas besoin d'observateurs étrangers lors des prochaines élections

BANGKOK — Le ministre des Affaires étrangères a déclaré mercredi qu'il serait « de mauvais augure » d'avoir des observateurs électoraux étrangers pour les élections prévues en février.

Don Pramudwinai a déclaré que la Thaïlande avait de la dignité et n'était pas un pays problématique, elle n'avait donc pas besoin d'observateurs étrangers.

"Le gouvernement actuel est issu d'un coup d'État, mais il est différent des autres coups d'État dans le monde, car nous n'interdisons pas ou ne supprimons pas les droits de manière excessive au point où cela affecte la majorité", a déclaré Don.

Les élections précédentes de 2001, 2005, 2007 et 2011 ont été surveillées par le Réseau asiatique pour des élections libres, ou ANFREL. L'ANFREL, qui est basée à Bangkok, a envoyé 60 observateurs de 24 nations asiatiques en 2011, la dernière élection réussie.

Les commentaires de Don sont venus en réponse aux appels lancés au fil des mois pour que des observateurs étrangers soient dans le royaume afin d'assurer des élections libres et équitables. Il a déclaré que les élections étaient des affaires intérieures et a déclaré qu'il favorisait les observateurs locaux avant de défendre le gouvernement militaire.

"Certains ambassadeurs ont discuté avec moi et ont soulevé la question de la loi de lèse-majesté, et ont demandé pourquoi il existe une telle loi qui limite la liberté d'expression. J'ai demandé si leurs pays n'avaient pas de mesures spécifiques et j'ai dit que les Thaïlandais connaissaient bien la loi de lèse-majesté », a déclaré Don. « Si vous comptez le nombre de personnes qui s'y opposent, vous découvrirez que ce n'est qu'une poignée. Alors, comment cela peut-il être un problème alors qu'une majorité ne le considère pas comme un problème ? »

Don a ajouté que l'interdiction des rassemblements politiques avait été imposée pour que le pays puisse aller de l'avant et qu'il n'y avait eu aucune restriction à l'expression d'opinions au cours des quatre dernières années.

Le même jour, Nakorn Machim, membre du parti Pheu Thai, a exhorté le gouvernement américain à envoyer des observateurs électoraux en Thaïlande pour superviser les élections de février promises.

Nakorn – un ancien député démocrate de la province de Phitsanulok – a récemment rejoint le parti Pheu Thai. Il a rencontré mercredi Vi L. Jacobs-Nhan, responsable de la politique, de l'économie et de la diplomatie publique du consulat américain de Thaïlande, et a soumis une lettre pendant que les deux se rencontraient dans la province.

Nakorn a ensuite déclaré aux journalistes qu'il craignait que le vote ne soit libre et équitable, car il pense que la junte - qui a organisé le coup d'État de mai 2014 et reste au pouvoir - pourrait contrôler les débats. Nakorn a déclaré que Jacobs-Nhan lui avait dit qu'il transmettrait le message et la lettre aux autorités.

SOURCEKhaosod anglais
M. Adam Judd est copropriétaire de TPN media depuis décembre 2017. Il est originaire de Washington DC, en Amérique, mais a également vécu à Dallas, Sarasota et Portsmouth. Il a une formation dans la vente au détail, les ressources humaines et la gestion des opérations, et écrit sur l'actualité et la Thaïlande depuis de nombreuses années. Il vit à Pattaya depuis plus de huit ans en tant que résident à temps plein, est bien connu localement et visite le pays en tant que visiteur régulier depuis plus d'une décennie. Ses coordonnées complètes, y compris les coordonnées du bureau, se trouvent sur notre page Contactez-nous ci-dessous. Pour les histoires, veuillez envoyer un e-mail à Pattayanewseditor@gmail.com À propos de nous : https://thepattayanews.com/about-us/